SEYFRIED, Renaud

Doctorant contractuel en histoire

Contact

 

Structures de rattachement

 

THÈSE

Les coutumes ouvrières à l’épreuve de l’industrialisation, La répression des vols de déchets textiles en France et en Angleterre (1700-1830)
Directeur : Philippe Minard | université Paris 8, EHESS ; IDHE.S

Résumé
Le sujet de cette thèse est d’étudier un ensemble de conflits récurrents dans les fabriques textiles, de France et d’Angleterre au cours d’un long XVIIIe siècle, à propos d’ouvriers à domicile accusés par leurs employeurs de vols de matières premières. Pour ces manufacturiers, les appropriations, que leurs ouvriers opèrent sur les matières confiées pour être travaillées relèvent du vol et du crime. Pour les ouvriers pourtant, cette récupération s’ancre dans un droit d’usage sur la matière travaillée, qui porte notamment sur les déchets de fabrication.
Deux enjeux essentiels sont au cœur de cette étude. On s’intéresse d’abord à la pratique comme relevant d’une coutume, dont il faut comprendre les frontières, l’usage et la légitimation. Cette coutume fait l’objet d’une répression, dont on cherche à saisir les modalités et la chronologie, qui tend vers la mise en place d’un nouveau mode de régulation des rapports de travail par la monétarisation du salaire. Un deuxième enjeu est celui du rôle de la matière première dans un rapport de travail de type marchand, marqué par un très faible contrôle direct de la fabrication alors même que s’opère une concentration grandissante de la production entre les mains de quelques « marchands-fabricants ». Dans ces conditions, les fibres sont au cœur de la relation de travail. Parallèlement, le contrôle des matières premières et des produits semi-finis est, pour les différents groupes sociaux qui composent ces manufactures, crucial et disputé.
On étudie cet usage et sa répression dans les centres manufacturiers français (Lyon, Champagne, Normandie) et anglais (Spitalfields, Yorkshire et Lancashire) à partir des abondantes sources produites tant par les tribunaux que par les administrations et les manufacturiers. Il s’agit de comparer la France et l’Angleterre, ainsi que - dans les deux pays - trois types de fibres autour desquels s’organisent trois secteurs industriels : la laine, la soie, le coton.

 

Thématiques de recherche

- XVIIIe-XIXe siècles, France et Angleterre
- Histoire de la première industrialisation
- Histoire du travail (rapports sociaux de production, conflits, régulation)
- Histoire des usages sociaux et économiques du droit (coutume, propriété, criminalité)

 

Domaines de recherche et dynamiques de l’IDHE.S
- Domaine 1. TRAVAIL. Entreprises, professions, professionnalisation
Régulation des relations de travail : dynamiques institutionnelles et spatiales
Espaces de travail et mobilités professionnelles

Dynamiques
- Échelles d’action, de perception, de représentation
- Inégalités
- Action publique

 

COMMUNICATIONS
- Seyfried Renaud, « Les appropriations ouvrières dans la draperie rémoise : les enjeux d’un conflit dans la régulation des rapports de travail, XVIIIe-XIXe siècles », in Anne Conchon et Philippe Minard (org.), séminaire « État, travail et propriété (Angleterre, France, et colonies, XVIIIe-XIXe siècles) », Paris, ENS, 11 décembre 2017.